1. L’HOMME ET LE MONDE

2. LA CONNAISSANCE SCIENTIFIQUE

3. CITATIONS

4. DES PHILOSOPHES

5. L’HISTOIRE DE L’ART?

Quelques œuvres et explications en guise d'introduction à l'histoire de l'art. Pour ceux que cela intéresse la lecture de l'Histoire de l'art de Ernst Gombrich est très chaudement recommandée ! C'est d'ailleurs sur ce livre que je me suis en grande partie appuyé pour faire cette petite introduction. Mentionnons aussi les excellents petits livres de Daniel Arasse, qui nous font découvrir mille petits détails que nous n'aurions jamais soupçonnés dans des tableaux pourtant très connus.

Le but des pharaons égyptiens était de parvenir au ciel après leur mort. L’art égyptien vise à favoriser cette ascension et le séjour dans l’au-delà.
On conserve le corps du pharaon (momie), on l’entoure de richesses (or, bijoux, etc.) et d’images qui représentent sa famille, ses amis, ses aventures, et racontent la vie du pharaon.
C’est comme si les égyptiens avaient pensé que ces symboles matériels favorisent l’existence des choses qu’elles représentent dans l’au-delà.
Ainsi les représentations ne visent pas à être réalistes au sens où nous l’entendons aujourd’hui, mais à être exactes, à représenter l’essence (la nature) de chaque chose le mieux possible. Aussi chaque chose est-elle représentée sous son angle le plus caractéristique : le visage de profil, mais l’œil de face. De même, le buste et le corps sont représentés de face, et les mains de profil :

Ce n’est donc pas parce que les égyptiens savaient mal dessiner qu’ils représentaient les choses de cette manière, mais pour en saisir l’essence. Ceci est prouvé par des corps qui comportent par exemple deux pieds gauche (car on considérait que le pied est mieux vu du côté intérieur) :

Autre exemple le bassin de poissons ci-dessous : poissons et arbres sont représentés de profil, sans souci de la cohérence de l’ensemble :

Il est clair que l’artiste savait bien qu’un bassin dans un jardin n’apparaît pas de cette manière ! Bref, la peinture égyptienne ne vise pas à représenter l’apparence mais l’essence. Il s’agit de capturer la nature de chaque être pour le conserver.
Il s’agit de dire à dieu : « Regarde le beau poisson que j’ai pêché ! Il était exactement comme ça : »

De plus, l’art égyptien ayant un but religieux, les artistes égyptiens devaient suivre très rigoureusement la tradition. Seul Aménophis IV introduisit un certain changement : il inventa son propre dieu, un dieu solaire, Aton, et se fit appeler Akhenaton. En art, son époque est marquée par une certaine audace, avec davantage de souplesse, d’harmonie et de vie dans les courbes :

Vous pouvez reconnaître le dieu soleil représenté en haut de chaque bas-relief, qui darde ses rayons bénéfiques sur le couple royal.

Mais la trève fut de courte durée : après le règne d’Akhenaton les Egyptiens revinrent rapidement à un art plus traditionnel.